Quelles stratégies emploient les Familles Précaires pour subvenir aux besoins familiaux ?

Les Familles Précaires, ce sont des Familles qui vivent sous le seuil de pauvreté qui est de 60% du revenu médian français. Et alors, pourquoi il est plus que nécessaire de s’intéresser à elles ? Parce qu’il est plus que nécessaire de rompre le mécanisme de la pauvreté, et de permettre aux enfants de ces familles précaires d’avoir les mêmes chances de réussites que l’ensemble des enfants toutes catégories sociales confondues.

A travers cette article, je vais m’appuyer sur mon rapport réalisé pour l’Observatoire Girondin de la Précarité et de la Pauvreté en 2019.

En effet, j’ai pu réaliser une enquête sur les Familles Précaires au sein des Associations Bordelaises, afin de m’intéresser spécifiquement au moyens mis en place par ces Familles (Couples avec enfant, ou Famille Monoparentale) pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leur(s) enfant(s).

Pour rester dans la confidentialité du rapport, je vais m’attacher à rendre compte de manière synthétique des éléments recueillis dans le rapport, afin de vous évoquer de manière claire et authentique les éléments qui sont ressortis, et surtout, l’importance de cette étude et de la Précarité en général.

En effet, au sein de l’Agglomération bordelaise, il existe un réseau associatif très actif qui regroupe un certains nombre de bénévoles et autre professionnels de l’action sociale, afin de permettre aux personnes dans la Précarité de subvenir à leurs besoins primaire, et « secondaire ».

Les besoins primaire prennent en compte : l’accès au logement, à l’hygiène, à la nourriture.

Les besoins « secondaires » prennent en compte tout ce qui touche à l’insertion, l’aide administrative, et les cours ou autre formation proposé, afin de permettre à ces personnes de se réinsérer professionnellement, et socialement dans la Société.

Pour ce qui est de l’enfant, on remarque que c’est un sujet très important pour les collectivités, et plus largement l’état, qui s’attache à mettre en œuvre un certains nombre d’actions afin de réduire les rouages de la pauvreté, et surtout, afin de « protéger » l’enfant, en lui permettant d’avoir accès à ces besoins.

On retrouve donc les services sociaux, mais également un certain nombre de structures, institutionnelles ou associatives qui permettent aux familles précaires d’être prises en charge pour leur laisser une chance de reinsertion, avec des Centres d’hébergement et de reinsertion sociale (CHRS), ou autre foyer d’urgence pour les familles repérées dans la rue par lors des maraudes du Samu Social notamment, ou autre centres spécifiques aux mères ou pères seules (famille Monoparentale) avec leur enfant.

Après avoir évoqué cela, j’aimerai repondre à la question de départ, à savoir : Quels moyens sont mis en place par les Familles Précaires pour subvenir à leurs besoins et à ceux de leurs enfants ?

Et bien, comme évoqué plus haut, cela passe par le réseau associatif, les tickets repas et autre « stratégies » alimentaire, afin de permettre aux enfants de manquer de rien. Cela passe également par les compatriotes et l’entraide.

Ici, le terme « stratégies » est important à relever, car il fait échos à tout ce qui est mis en place par ces Familles pour gérer leur argent, et également leur connaissance importante de la ville ou elles se trouvent afin de repérer les endroits associatifs, ou autre structure leur permettant d’être prise en charge.

Mais alors, comment réduire la pauvreté ?

C’est ce que je vais tenter de répondre dans un article qui portera spécifiquement sur « La pauvreté dans un monde globalisé »

Des bisous, Caro ❤️

%d blogueurs aiment cette page :