Les Attentes et les Stéréotypes

Bonjour à tous et toutes, c’est Caro Peace 😉

Aujourd’hui, on se retrouve pour un nouvel article pour parler de ma vision de la Van Life.

J’aimerai vous faire part de mon expérience, et surtout, casser un peu les stéréotypes associés à ce sujet. Partant de là, j’aimerai vous évoquer les attentes que j’avais eu, et plus largement, comment je me suis intéressé à ce sujet.

Alors déjà pour commencer, avant de m’acheter mon fourgon aménagé, j’associé beaucoup les « camtar » aux saisonniers et aux teufeurs. Je les enviés un peu avec leur vie de « roots » et de pouvoir se déplacer comme ils le voulaient. Souvent, ces personnes la avaient des « chiens » (même plusieurs), des dreads, et une bière à la main (ah le cliché !)

Oui, très gros cliché, que j’avais il y a de ça 5-6 ans, quand j’ai découvert les fourgons aménagés.

Mise à part ça, j’avais mes voisins (enfin, ceux de mes parents), qui avaient un Camping-Car, très grand, très imposant, qui était tout le temps à l’arrêt dans leur garage ouvert. Alors j’avais cette vision du voyage occasionnel en Camping-car, surtout pour les retraités.

Vous l’aurez compris, au début, j’étais complément dans des stéréotypes et des clichés, par rapport au sujet des Camping-car, des fourgons aménagés, et surtout, a mille lieux de la « Van Life. »

Mais c’est mon envie de Voyage et de Liberté, amplifié par mon « premier amour » le Camping, qui m’as fait côtoyer les camping-caristes.

Des soirées en Free-party, du Camping, c’est surtout le Voyage en « sac à dos » qui m’as fait rencontrer des personnes en fourgon aménagé. Je les ai donc observé longtemps, sans vraiment me projeter dans cette vie, dans ce « mode de vie », plutôt. Un mode de vie simple, minimaliste, et surtout… Libre.

Au fil du temps, j’ai compris l’esprit de ce mode de vie, en vérité. L’esprit de la « Van Life« , surtout le fait d’être libre de voyager, et surtout de pouvoir emmener notre maison partout avec nous. J’ai surtout appris à connaître cette notion sur les réseaux sociaux, ou j’ai pu suivre des comptes, qui avaient eux-mêmes construis leur propre maison roulante au sein d’un fourgon, ou ceux qui préféraient acheter des fourgons déjà aménagés pour garder l’essence du camion d’origine.

Même si l’essence de ce mode de vie est le même pour tous les adeptes de la Van Life, qui ont des profils divers et variés, je pense que chaque personne en incarne différents aspects, et c’est ça qui est intéressant.

Et je sais que depuis que j’ai mon fourgon aménagé, depuis octobre 2019 (date de la concrétisation), j’ai appris à faire évoluer ma vision de cette vie, à jongler entre ce que je veux, et surtout, a me servir de ce tremplin, pour Voyager quand ça me chante, pouvoir me déplacer sans contrainte quand j’en ai besoin.

Ma vision actuelle de la Van Life n’a pas changé, mais elle a plutôt évolué. Car je pense qu’il faut faire « vivre » ce projet, cette « idée« . En ayant vécu à l’intérieur, pendant les travaux saisonniers, et même pour visiter, je dirais que cela m’as fait ouvrir les yeux sur les « attentes » que j’avais pu avoir au depart. Un désir de « liberté« , de « déclic ».

Au final, le fait d’être en Van n’a rien changé. Il n’y a pas de déclic. Je me suis rendu compte que le Van n’était qu’un moyen de « me trouver« , car je pensais qu’en partant j’arriverai à y voir plus clair. J’irais même plus loin, ce désir de départ était même une envie de « fuir » la Société actuelle, les contraintes et les difficultés. Maintenant que j’ai compris ce que je veux vraiment, je me sert de ce mode de vie pour voyager et profiter du moment présent quand l’envie se présente. Sans pour autant voir ce mode de vie comme « une fin en soi ».

Et c’est ça que je voulais vous partager à travers cette article : Vivre en Van c’est bien, mais ça implique de porter notre projet et de le faire vivre à travers lui. Je pense que c’est une philosophie de vie, un « mode de vie« , une passerelle pour exprimer quelque chose de plus grand.

Car je le rappelle le fait « d’avoir un van », ou « d’être en Van » ne vous apportera rien, en soi. Vous vivrez les mêmes journées (edit. même si extérieurement il y aura d’autres paysages), les mêmes émotions, et les mêmes appréhensions.

Je dirais même, pourquoi attendre d’être en Van pour changer notre vie, si on peut le faire maintenant ?

Alors, avant de vous lancer, demandez-vous : En quoi le Van apportera un plus dans votre vie ? En quoi il vous aidera dans la concrétisation vos envies ? Qu’est-ce que vous attendez de la Van life ? Quels sont vos craintes ? Quel est votre projet ?

Je vous conseille de bien vous rencarder sur le sujet. Et surtout, de vraiment faire vivre ce projet jusqu’au bout, et de continuer de le faire vivre à l’intérieur de votre van, de vous en servir, en tant que « support » pour faire vivre vos projets, pour vous aider à exprimer et à vivre pleinement la vie que vous souhaitez.

Je t’embrasses, Caro ❤️

%d blogueurs aiment cette page :