Le Bilan des 1 mois

Bonjour Ă  tous, aujourd’hui on se retrouve pour parler de mon expĂ©rience dans notre Fourgon aka « BĂ©bĂ© Camion » amĂ©nagĂ© durant 1 mois en voyage et durant les travaux saisonniers.

Carcassonne, Bébé Camion, 2019, tous droits réservés

Nous avons achetĂ© un Peugeot Boxer L1H2 de 2001 (rehaussĂ© mais pas rallongĂ©) tout amĂ©nagĂ© (gaziniĂšre, panneaux solaires, toilettes chimiques, lit, rĂ©servoirs d’eau propre et eau usĂ©, chauffage trumatic, frigo trimix, rangements, tĂ©lĂ©vision et antenne (mĂȘme si on ne s’en sert pas), etc) Nous l’avons trouvĂ© sur le site Leboncoin (qui rĂ©pertorie toutes les annonces de particuliers et d’agences sur l’ensemble de la France). Nous sommes passĂ© par Agence (Debard Automobiles), ce qui a permis d’avoir la rĂ©vision, le nettoyage et la carte grise inclus dans le prix de vente de 11500 euros TTC (ouiiii, je sais que ça paraĂźt cher, mais en vĂ©ritĂ©, il est entiĂšrement amĂ©nagĂ© et homologuĂ© VASP, ou Camping Car donc ça les vaut)

Tout d’abord je vous invite Ă  regarder ma vidĂ©o (lien au dĂ©but) ou j’explique briĂšvement mes aventures ! 😉

Pour faire le topo : Je suis partie accompagnée de mon copain ainsi que de mon chat Mew (ùgé de 7-8 mois) qui nous a suivis dans nos aventures.

Nous sommes partis dĂ©but novembre 2019 de Bordeaux pour nous rendre vers Albias dans le Tarn et Garonne (82), pour travailler dans une exploitation d’arbres fruitiers pour la cueillette de pommes dans les vergers.

Nous avons eu quelques jours de « galĂšre » Ă  prendre nos marques, Ă  comprendre les Ă©quipements et Ă  les faire marcher (c’est bien beau sur papier mais il faut le mettre en pratique.) Par chance, des saisonniers Ă©taient aussi en Camion et nous ont aidĂ© Ă  comprendre le fonctionnement des Ă©quipements de notre maison roulante (ouf)

Franchement aprÚs ces quelques jours un peu compliqué (sans chauffage et sans eau) nous avons trouvé un équilibre assez cool entre le travail et la vie en Camion.

MĂȘme le BĂ©bĂ© Chat a prit vite ses marques, entre les trajets et mĂȘme la vie en elle-mĂȘme dans un milieu restreint (il faut le dire hein). Si bien que maintenant, il se place Ă  l’avant du Camion (sur le tableau de bord cĂŽtĂ© passager) lorsque nous prenons la route, ou alors il dort au fond du lit (sur une couette avec des petits jouets) dans l’espace que nous lui avons confectionnĂ©.

Pour ce qui est de l’Alimentation, nous avons un frigo, mais nous l’avons presque pas allumĂ©, Ă©tant donnĂ© qu’il ne faisait jamais trĂšs chaud dans le Camion (hiver oblige). Au dĂ©part pour ĂȘtre franche on a beaucoup mangĂ© de conserves, plus faciles Ă  stocker et Ă  prĂ©parer rapidement (car nous avons une heure de pause le midi seulement pour manger.) Le reste des repas, au dĂ©part on allait dans les supĂ©rettes, mais au bout d’un moment ça nous a embĂȘter de revenir Ă  des vieux vices de consommation et nous avons essayer de trouver des alternatives (surtout Ă  notre deuxiĂšme contrat vers Richelieu dans le Centre de la France)

Car oui, entre temps nous avons finit notre premier contrat Ă  Albias et nous sommes remontĂ©s vers Carcassonne pour visiter les environs et attendre de trouver un nouveau contrat (et lĂ  aussi on a profiter des restaurant, des balades et des visites de la rĂ©gion) Nous avons finalement trouvĂ© un contrat vers Tours (plutĂŽt Razines prĂȘt de Richelieu) dans une Champignoniere pour rĂ©colter, et couper des champignons pour prĂ©parer les commandes.

C’est vraiment lĂ  que nous avons commander des produits sur La ruche qui dit oui, qui est un site internet (ou application sur portable) qui rĂ©pertorie un ensemble de producteur de la rĂ©gion sur une « ruche ». Nous avons donc choisis des produits et nous sommes venus les chercher lors du jour de collecte indiquĂ©. Et franchement, nous avons Ă©tĂ© agrĂ©ablement surpris de l’ensemble des produits que nous pouvons trouver sur ce site (et surtout des producteurs.) Tout est local, de saison et pour la plupart BIO ou non traitĂ©. Le rapport qualitĂ©/prix est top Ă©galement (mĂȘme si, c’est peut-ĂȘtre un peu plus cher qu’en supermarchĂ©.)

VoilĂ  niveau alimentation, en plus de la ruche nous avons achetĂ© des produits crus (ou Ă  tremper) graines et autres (pois chiches, haricots rouges et blancs, lentilles, pois cassĂ©s, etc.) Et beaucoup d’Ă©pices et de sauces pour donner du goĂ»t. Bon ça demande du temps, au dĂ©part comme je le disais on les prenait en conserve, mais on en a eu marre, et on a dĂ©cidĂ© de vraiment les intĂšgrer dans nos habitudes de vie (important.) MĂȘme si on a encore du chemin Ă  faire, on essait petit Ă  petit de tendre vers une alimentation plus locale et de saison, en respectant la provenance des produits (sans pour autant rentrer dans des extrĂȘmes et des prises de tĂȘte qui ne servent Ă  rien.) Car je le rappelle, tout est question d’intention et d’Ă©quilibre, de ressentis physique et de plaisir gustatif ! (rien n’est bon ou mauvais en soi, il suffit de se poser les bonnes questions.)

AprĂšs cela, l’hygiĂšne est importante Ă  prendre en compte (surtout quand on travaille.) Nous avons eu la chance d’avoir accĂšs Ă  des douches sur notre premier lieu de travail (chaudes en plus, quel bonheur.) Ça s’est compliquĂ© lorsque nous sommes allĂ© Ă  Carcassonne durant 1 semaine (pas de camping ouvert en dĂ©cembre, et donc, pas de douche non plus en libre accĂšs dans les villes.) Du coup, la stratĂ©gie c’est gel hydroalcoolique, et lingettes pour bĂ©bĂ© (oui oui). Pour les cheveux, une bouteille d’eau et du shampoing solide (rĂ©duction des dĂ©chets, et qui permet de pas polluer) et c’est parti pour se laver les cheveux dans le froids Ă  22h du soir Ă  la frontal (A-ha). A notre deuxiĂšme contrat, nous avions une douche dans les partis communes (mais glacĂ©e, alors impossible d’y aller.) C’est lĂ , qu’on s’est rendu compte de l’hospitalitĂ© des gens, avec un de nos collĂšgues saisonnier qui nous a permis de nous doucher plusieurs fois dans la semaine (en plus de partager des repas ensemble.)

Pour ce qui est de l’eau, comme nous voulions garder nos rĂ©servoirs pour faire la vaisselle (et avoir un petit stock au cas oĂč), au dĂ©part nous avons achetĂ© des bouteilles (ah du plastique aie aie aie.) Car, oui c’est bien beau de prĂŽner les gourdes rĂ©utilisables et tout le tralala, nous nous n’avons pas toujours de l’eau Ă  disposition (et nous n’avons pas encore de systĂšme de filtrage et de stockage.) Du coup, on a dĂ©cidĂ© de garder ces bouteilles (par 6) et de les remplir lorsque nous avions accĂšs Ă  des robinets (permet de rĂ©duire les dĂ©chets, et Ă©galement de garder une rĂ©serve d’eau pour l’ensemble de la journee et sur plusieurs jours.) Pour l’instant nous avons trouvĂ© cette mĂ©thode, mais je pense que plus tard nous allons investir dans un SystĂšme Berkey pour filtrer et stocker l’eau (oui car ça vaut entre 200-300 euros). Mais en attendant, et bien, on fait avec les moyens du bord 😊

Bon sinon au niveau de la mĂ©canique ou problĂšmes avec le Camion, en 1 mois pas trop de problĂšme (quoique, une petite panne de batterie vers la fin, avec demande d’assistance, car on rechargeait trop nos portables sur la batterie du moteur.) AprĂšs, on a eu aussi Ă  retendre la courroie accessoire (qui sifflait un peu). Le plus drĂŽle, c’est que j’ai pris un poteau lorsque je me suis garĂ©e en ville, et mon copain s’est prit un poteau Ă©galement en rentrant dans un parking (on a encore quelques problĂšme avec les distances) mais rien de trĂšs grave (quelques marques mais ça ira) Heureusement que c’est notre premiĂšre acquisition 😂 Le temps de prendre ses « marques » pour le coup…

J’espĂšre que cet article t’as plu, je reviendrais dans quelques mois pour refaire un bilan des choses importantes Ă  savoir lorsqu’on vit en fourgon amĂ©nagĂ© 😉

N’hĂ©sites pas Ă  aimer, partager et commenter 😇

Des bisous, Caro ❀

%d blogueurs aiment cette page :