Alors comment tu te sens ? La Nuit Noire de l’Ame, mon ExpĂ©rience

Alors comment tu te sens ?

En réponse aux nombreux mois où j’ai simplement répondu : Tout va bien.


Aujourd’hui, j’aimerai parler de la Transformation Intérieure, de l’Ascension, de la Nuit Noire de l’Âme.
Oui, en fait, parce que toutes ces sensations, on essaie de les contrĂ´ler, de les fuir, de les cacher, de les refouler.


Mais pourquoi ?
Oui, il y a des moments, où on est dans le creux d’une vague, dans un tunnel, et on ne voit pas le bout, on subit, seulement, on ne comprend pas, on a mal, et c’est tout.
On se sent incompris, en colère, on a mal à l’intérieur de l’être jusqu’au plus profond de nous-même.
On essais de contrôler pendant un temps, on passe différentes phases, en fait, on traverse des déluges d’eaux glacées, de désarrois, de rancœur, et de misère tellement forte, qu’on ne se sent pas capable de pouvoir gérer encore ne serait-ce qu’une minute de plus,

Mais on y arrive, en fait, on y arrive à surmonter cela, car il reste au fond de nous cette force, cette combativité, cette lueur de combativité, qui nous pousse à nous relever, chaque jour, à aller toujours plus loin, à nous dépasser.
Et puis même si au départ, on ne comprend pas ce qui nous arrive, qu’on éprouve de la colère par rapport à cet état, qu’on est en colère contre nous même, contre le monde entier,

On en à marre d’être toujours à bout de souffle, de toujours manquer d’air, de toujours ressentir cette sensation de peine au creux de notre ventre.
On cohabite avec les ténèbres, parfois on perd patience, et elles nous habitent tellement fort, qu’on ne voit plus la lumière du jour, on devient aveugle de nous-même, on devient aveugle du monde,
On est anesthésié de tout, de la douleur, de la joie, on n’éprouve plus rien, on devient vide.

On cherche des explications, on essaie de vivre malgré tout, mais ça nous rattrape tellement fort, que même les prises avec lesquelles on essayait de se maintenir, lâchent petit à petit

Petit à petit, plus rien ne reste, plus rien n’a de prise, le vent emporte tout sur son passage,

Et lorsque la tempête est passée, le vent perdure, le vent souffle encore et encore, en emportant tout ce qui reste, les dernières miettes, les derniers résidus qui peuvent avoir survécu sur son passage
Plus rien, c’est ce que je me dis…


Il ne reste plus rien, et alors, comment on se sent ?
Vide, j’aimerai dire, vide de plus rien avoir sur quoi s’appuyer, vide de ne pas pouvoir expliquer les choses, de perdre les mots, de perdre le nord, de perdre le temps, de tout perdre, et de se sentir, juste Mal
Mal, sans rien,
Oui, perdu dans ce Mal être intense, sans pouvoir le contrôler, sans pouvoir le maintenir, sans pouvoir l’expliquer, sans pouvoir le changer, l’analyser, le combler, sans pouvoir remonter la pente

Perdu dans le noir, sans rien pouvoir faire,
Perdu, sans pouvoir en parler autour de Soi, se sentir seul, se sentir seul au monde, A force d’être allĂ© Ă  contre courant, toutes les peurs Ă©mergent, mais petit Ă  petit, elles s’estompent aussi, car si plus rien ne reste, alors quoi perdre encore ? S’il n’y a plus rien, plus d’argent, plus d’émotions, plus d’attaches, plus rien,


Et puis … Alors Ă  quoi bon ?
Oui, lorsqu’on a mal, qu’il ne reste plus rien, qu’on est dans le Noir, alors, peut être bien qu’on finit par se retourner, en baissant les armes de notre combat factice contre le monde, en essayer de survivre à travers ses attaches, cette matérialité, en essayant de perdurer dans un Monde qui ne nous correspond pas.
Alors on finit par se retourner, pour voir dans l’autre sens, pour se rendre compte que, oui, de l’autre côté c’est tout autre chose, la lumière est plus belle, plus rien n’a de prise, là-bas, ni le temps, ni l’espace, et même pas l’argent ou le pouvoir, même pas l’amour et la gloire, rien, car rien n’est important, rien n’a de prise sur nous
Alors, lorsque nous traversons les tĂ©nèbres, que nous perdons tout, mĂŞme notre identitĂ©, mĂŞme notre intimitĂ©, mĂŞme notre fiertĂ©, alors, quand rien ne reste, sinon un mal ĂŞtre inexplicable, une tension extrĂŞme, une colère intense, alors, oui, plus rien ne reste, sinon, peut ĂŞtre…


Une lueur d’espoir, un souffle nouveau,
Un moyen de renaitre, de redevenir vivant, vraiment
Alors, voilà, je voulais vraiment revenir sur la transformation intérieure, qui n’est pas un processus tout beau tout rose, loin de là.

Cela te pousse Ă  aller au plus profond de tes retranchements, au plus profond de ta force intĂ©rieure, ça te pousse Ă  tout remettre en question, Ă  rendre les armes, Ă  tout quitter, ça te pousse Ă  voir les choses d’un autre Ĺ“il, ça te pousse Ă  changer, vraiment…


Tu perds tout, en fait, tout s’effondre à l’intérieur de toi, il ne reste plus rien, tu fais face à toutes tes peurs les plus signifiantes,


Et quand tu penses avoir fini, et bien, ce n’est que le dĂ©but…


Alors Courage, et ne perd jamais espoir, même lorsqu’il te reste plus rien, laisse-toi aspirer, laisse-toi mourir de l’intérieur, lâche prise !


Et puis pouf….
Tu t’endors….
Et tu te réveilles, de nouveau…


De nouveau toi, toi-même un être merveilleux, toi-même guéris de toi, toi-même dans l’Amour, toi-même dans le Pardon, tout même dans la Vie, le souffle et la Présence.

Avec Amour !


Caro Peace ❤️

Publié par caropeacefr

Hello Sunshine, je suis Caro Peace, Sociologue, en pleine découverte et apprentissage de la vie ! Créons ensemble une Communauté d'entraide autour de l'Amour de Soi ♡ Pour que ce Projet voit le jour, abonnes toi !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :