Lettre Ă  l’Amour

Dans cet instant particulier, la joie dans le regard et dans l’être. Le temps s’arrête car il n’a jamais commencé. Un moment de doute et de tristesse dans l’effondrement de mes blessures.

Des instants à vouloir te protéger, te fuir, et te mettre de côté. En quête de liberté, la peur de l’asservissement, la perte de contrôle, et l’envie de tout contrôler. Je n’ai jamais su vraiment mettre des mots sur mes sentiments, et si les mots n’existaient pas pour m’exprimer.

Des instants à croire au couple que j’ai longtemps cru être la vérité, mais avec la compréhension que l’amour ne se vit pas dans la dépendance, mais dans l’expression de soi à travers l’autre, dans l’expansion et la fluidité de l’amour, toujours plus au creux de nous-même, dans le creux de notre être, dans l’énergie et l’émanation de tout ce qui est, dans l’envie d’être « Je », tout en étant « Je suis », dans le partage avec un autre être pour amplifier cet amour que nous sommes.

J’ai toujours pensé que mes peines venaient des autres, que les autres devaient combler mes manques et m’aimer à ma place.

Si enfin j’avais compris que la vérité provient de sa reconnaissance personnelle, du regard qu’on porte sur soi, comme sur un enfant qu’on prend en charge, qu’on aime.

Je te jure j’ai essayé, de tout contrôler, de tout nier même l’essentiel, je te jure j’ai essayé de continuer à faire comme tout le monde, en pensant que la fuite me permettrait de tout oublier. J’ai eu peur, de mes propres blessures, de mes propres sentiments, en pensant que mes croyances étaient la vérité.

En vérité, j’ai peur de ce que je peux ressentir pour toi, je me cache de peur de lâcher prise. En vérité notre histoire est loin d’être commune, mais c’est la nôtre, comme deux êtres uniques par nature, si beau de part leur vibration, leur façon étrange d’appréhender le monde, mais cette façon de voir les gens avec amour.

L’amour est partout, sous différentes nuances, car nous sommes capables d’aimer tout un chacun dans l’instant, cet instant avec toi, c’est la sécurité et la chaleur de ton odeur et de ton corps qui remontent tout le mal en moi, pour revenir à la lumière de l’amour.

Mais si nous passions notre temps Ă  rejeter cet amour ?

Pensant que tout devrait être compliqué, comme si on n’était pas en mesure de le recevoir, de le ressentir, comme une évidence, comme si on devait lutter.

Merci, grâce à toi, j’ai compris l’amour, et j’ai compris la liberté, la liberté d’être et de pouvoir évoluer à notre rythme, sans attentes, sans luttes, sans contrôle, sans se forcer. Je suis fière de ce qu’on est devenu, de ce que je suis devenue, de ce que tu es devenu, de ta façon d’être.

Sans toi j’apprends à vivre, à marcher comme un petit oiseau, qui un jour prendra son envol dans l’infinité.

Publié par caropeacefr

Je suis Socio-thérapeute, et voici le résultat de mes recherches en Sciences Humaines et Sociales.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte WordPress.com. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Google. DĂ©connexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Twitter. DĂ©connexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez Ă  l’aide de votre compte Facebook. DĂ©connexion /  Changer )

Connexion Ă  %s

%d blogueurs aiment cette page :